Puisque méditer, c'est mûrir un peu, ou l'inverse... ;) Le deuxième pendant à l'automne :

Automne II


Dans la chambre aux fruits
l'odeur des pommes sur les claies
Le froissement des feuilles mortes
sur l'herbe qui hésite à pousser
La violine en si mineur
du grand prunus silencieux
et la pourpre d'un drôle d'arbre
qui fait semblant d'être un érable
et veut se croire au Canada

Lao-Tseu dit que l'axe du monde
tient sur un petit grain de moutarde
L'automne y est en équilibre
dans l'immobilité du temps

Je demande "A qui parles-tu ?"
Tu réponds "A la chatte noire"

Dans le gros dos de la haie
une très petite personne
se mêle à la conversation
que dit la grive musicienne ?

Elle dit qu'elle aime bien l'automne


Le Haut-Bout
Septembre 1995


(Poèmes à pas de loup, Aile L.)

(et je suis bien d'accord avec la grive musicienne : les lumières du soir, rose-orangées, sur la chatoyance des feuillus sur les collines, qui tirant sur le orange, qui sur le rouge vif, le rouille, la violine, ou encore sur le jaune... * rronronrrronronron * Le Prince de l'Automne est arrivé un peu tard, cette année, mais il a fait des efforts de costume, et quelle prestance !)