A même la terre    à même la vie    le grand arbre
ave une tranquillité tacite de vieux sage
prend ce qui lui est donné chaque jour

Il accueille la grêle    sa mitraille glacée
ou bien l'averse douce avec ses doigts légers
ou les pluies d'équinoxe qui défilent sans trêve

Il reçoit le soleil en sourdine d'avirl
le feu de joie central qui incendie l'été
et ses rayons en gloire entre les nuages longs

L'arbre écoute les paroles sans relâche du vent
les mots murmurés   haletants    coléreux
et le très faible souffle    respiration du temps

Mon ami le noyer    un vivant qui sait vivre

Le Haut-Bout
Lundi 9 juillet
mardi 10 juillet 1990
(Les pas du silence, "Soleil et brume - 1990")

(nouvelle acquisition, nouveaux plaisirs... Celui-ci ouvre le bal, l'histoire d'un arbre qui ne craint pas le froid ;))