(Fangorn va être déçu, ce n'est qu'une recette de cuisine... mais promis, d'ici peu, je vous offre une virée en forêt, en chênaie, même, et Tilkalin n'aura même pas besoin de semer le chemin de meules de pierre et pierres taillées :))

En rentrant de Faerie, j'ai trouvé la demeure parentale vide tous partis en Corse ―, le lave-vaisselle plein, et l'abricotier croûlant sous le poid des fruits, dont une bonne partie était déjà tombée (et mangée par les lapins, ces malandrins n'ont laissé que les noyeaux, ou les parties abimées !). Le problème était que les fruits étaient éclatés : la pluie avait dû être abondante pendant mon absence, je n'ai jamais vu ça encore. Mais qui dit fruits plein d'eau, dit fruits pourrissant vite. Il fallait donc que j'en fasse fissa quelque chose, et un clafouti aux abricots n'allait pas suffire à écouler le stock.

J'ai donc inventé une confiture qui me trottait en tête depuis quelques temps (et mis à profit le temps de cuisson assez long pour relire certains articles sur Tolkien :)).


Ingrédients :

  • 1,3 kg d'abricots dénoyautés

  • 1 petite branche de romarin frais

  • 800g de sucre

  • 2 verres d'eau d'eau

  • 2 poignées d'amandes émondées et coupées en deux


Préparation :

  • Lavez et dénoyautez les abricots.

  • Faites un caramel dans la bassine à confiture, en faisant cuire à feu très doux le sucre avec l'eau et la branche de romarin. Remuez constamment ; quand le caramel chante quand vous raclez le fond de la casserole avec une cuillère en bois, enlevez le romarin il aura parfumé le sucre, déjà et versez les abricots.

  • Laissez cuire à feu plus vif. La cuisson sera plus longue, à cause de l'eau du caramel. Quand l'écume disparaît, ajoutez les amandes coupées en deux, et attendez la fin de la cuisson.

  • Mettez en pot.


J'ai goûté ça ce matin, et je m'inquiétais de ce que le goût du romarin pourrait ne pas être assez prononcé, mais en l'enlevant avant de mettre les fruits, c'est amplement suffisant.