Un croquis qui est devenu carte de voeux, et qui plus est, s'est imposé d'un jet sous ma mine de plomb : Elbereth, l'Enflammeuse d'Etoiles, honorée entre tous les Valar par les Elfes, et l'une des plus puissantes...

ElberethDurant la « période démiurgique », avant l'établissement d'Arda 'le Royaume', alors que les Valar en général (y inclus une troupe sans nom d'autres qui ne vinrent jamais en Arda) étaient en train d'œuvrer à la construction générale d' (le Monde ou Univers), Varda, dans la légende eldarine et númenóréenne, était dite avoir conçu et placé la plupart des étoiles principales; mais étant (par destinée et désir) la future Reine d'Arda, ce en quoi réside sa fonction ultime, en particulier en tant qu'amoureuse et protectrice des Quendi, elle était concernée non seulement par les grandes Étoiles en elles-mêmes, mais aussi dans leur relation à Arda, et leur apparence à partir d'elle (et leur effet sur les Enfants à venir). Dès lors, de telles formes et motifs majeurs, que nous appelons (par exemple) la Grande Ourse, ou Orion, étaient dits être de sa conception. Ainsi la Valacirca ou « Faucille des Dieux », qui était un des noms eldarins de « la Grande Ourse », était, disait-on, destinée à être ultérieurement un signe de menace et de crainte de la vengeance au-dessus du nord où Melkor établit sa résidence (Varda était parmi tous les Valar la plus dotée de prescience, possédant le souvenir le plus clair de la Musique et de la Vision dans lesquelles elle n'avait joué qu'un rôle mineur en tant qu'actrice ou interprète, mais qu'elle avait écoutée très attentivement).
Plus tard, lorsque les Valar prirent refuge face à Melkor, et à la ruine imminente d'Arda, et qu'ils construisirent et fortifièrent Valinor
en Aman, ce fut Varda qui réalisa le grand dôme au-dessus de Valinor, afin de maintenir au dehors tous les esprits ou espions de Melkor. Il fut créé comme un simulacre du véritable firmament (Tar-menel), et les motifs y furent répétés, mais avec des étoiles apparentes (ou 'étincelles' : tinwi) de taille relative plus grande par rapport à l'espace visible entier. De telle sorte que le firmament moindre de Valinor (Nur-menel) était très brillant.
(Parma Eldalamberon #17, traduction par Cédric Pietrus, ou Dior, suivant où l'on est ;))

Les contrastes ne sont pas très bon... le scanner et, je dois bien l'avouer, le Gimp (que je ne dois pas bien savoir utiliser, sans compter que sous MacOX, il plante beaucoup plus que sous Windows), ne m'aident pas vraiment, l'original rend bien mieux :(